couleurlogo
couleur

Couleur :: Le rose :: 21/6 au 21/7

Rose

Le rose est une couleur dérivée du rouge et son énergie agit sur le plan des émotions. Elle est très utile au Pivert car elle lui sert de garde-fou contre la mauvaise humeur. Tout comme la fleur qui lui correspond, le rose est associé aux sentiments et à l'affection car il est la couleur du rapprochement et de la compassion, en exprimant aussi le désir de servir, la gentillesse affectueuse est une qualité dont le Pivert a besoin pour équilibrer son dynamisme interne.

Le Pivert s'apercevra que porter du rose à travers un vêtement, une broche, un collier, un mouchoir, produit sur lui un effet bénéfique qui atténue sa vulnérabilité émotionnelle. Le rose est une couleur ambiguë, sous rouge pour les physiciens qui le considèrent comme un rouge désaturé, couleur fragile et éphémère, placée dès Homère dans la subjectivité et la poésie.

Les usages, les valeurs et la symbolique du rose procèdent de domaines variés qui touchent à l'identité, au rapport aux autres comme à sa propre existence.

La rose est remarquable par sa beauté, sa forme et son parfum, la rose est la fleur symbolique la plus employée en Occident. Elle correspond dans l'ensemble à ce qu'est le lotus, en Asie, l'un et l'autre étant très proches du symbole de la roue. L'aspect le plus général de ce symbolisme floral est celui de la manifestation, issue des eaux primordiales, au-dessus desquelles elle s'élève et s'épanouit. Cet aspect n'est d'ailleurs pas étranger à l'Inde, où la rose cosmique Triparasundarî sert de référence à la beauté de la Mère divine. Elle désigne une perfection achevée, un accomplissement sans défaut. Comme on le verra, elle symbolise la coupe de vie, l'âme, le cœur, l'amour.

On admet que la rose et la couleur rose constitueraient un symbole de régénération du fait de la parenté sémantique du latin rosa avec ros, la pluie, la rosée. La rose et sa couleur étaient les symboles du premier degré de régénération et d'initiation aux mystères. L'âne d'Apulée recouvre la forme humaine, en mangeant une couronne de roses vermeilles que lui présente le grand prêtre d'Isis. Le rosier est l'image du régénéré, comme la rosée est le symbole de la régénération.

C'est ce symbolisme de régénération qui fait que, depuis l'Antiquité, on dépose des roses sur les tombes : les anciens nommaient cette cérémonie rosalia et tous les ans, au mois de mai, offraient aux mânes des défunts des mets de roses. Hécate, déesse des Enfers, était parfois représentée la tête ceinte dune guirlande de roses à cinq feuilles. On sait que le nombre cinq succédant au quatre, nombre d'accomplissement, marque le départ d'un nouveau cycle.

Au septième siècle, selon Bède, le tombeau de Jésus-Christ était peint dune couleur mélangée de blanc et de rouge. L'on retrouve ces deux éléments composants de la couleur rose, le rouge et le blanc, avec leur valeur symbolique traditionnelle, sur tous les plans, du profane au sacré, dans la différence accordée aux offrandes de roses blanches et de roses rouges, ainsi que dans la différence entre les notions de passion et de pureté et celles d'amour transcendant et de sagesse divine.

La rose est devenue un symbole de l'amour et plus encore du don de l'amour, de l'amour pur. La rose comme fleur d'amour remplace le lotus égyptien et le narcisse grec. Les roses celtiques, vivaces et fières, non dépourvues d'épines et lourdes d'un doux symbolisme.

Rose