logo
famille

GUIDE SUR LA SPIRITUALITÉ CHEZ LES
AMÉRINDIENS : : Les rites

Le powwow

Certains disent que ce nom vient d'un mot algonquin qui signifie « rêver ». Le powwow est une ancienne tradition chez les peuples amérindiens. II fournit l'occasion de deviser et de célébrer après les cérémonies religieuses. Dans certaines cultures, le powwow constitue en soi un événement religieux au cours duquel les families nomment ou honorent les leurs.

Le potlatch

Quand une famille, par exemple, célèbre l'entrée officielle d'un de ses membres dans le cercle de la dense, ou lorsqu'elle veut commémorer le décès d'un être cher, elle organise un potlatch pendant le powwow. Cette tradition exalte le partage avec autrui. La remise de cadeaux tels que des couvertures, des colliers, des bracelets de perles et des pièces d'artisanat aux amis et aux visiteurs, est suivie de chants et de danses de circonstance.

Aujourd'hui

De nos jours, le powwow est plus un événement social, bien que les cérémonies honorifiques et les autres pratiques religieuses y tiennent toujours une place importante. On dense, on festoie, on s'amuse, on se rappelle le bon temps et on s'enorgueillit de l'héritage traditionnel en nouant de nouvelles amitiés et en renouvelant les anciennes. De l'avis des anciens, les rassemblements placés sous le signe de la joie sont une occasion d'unification et de guérison importante où les nations s'accordent dans la célébration de la vie.

Les chants d'éloge

Comme le nom l'indique, les chants d'éloge ont pour but d'honorer une ou plusieurs personnes. Les spectateurs doivent se lever et se découvrir quand un chant d'éloge est entonné. Le powwow traditionnel se prête mieux aux relations sociales et il n'est pas aussi exigeant pour les participants. Les hôtes partagent la mise avec les chanteurs et les danseurs inscrits. Les powwows, qu'ils soient ordinaires ou de compétition, ont la propriété de rassembler les gens de toutes les nations pour célébrer la vie.

Le chant inaugural

Pendant le chant inaugural, la chanson au drapeau et l'invocation, les spectateurs doivent se lever et se découvrir. Un défilé haut en couleurs inaugure le powwow et marque le début de chaque session de danse subséquente. Précédés du porteur du bâton à exploits, les dignitaires invités et les diverges catégories de danseurs entrent dans la parade et dansent au son des tambours, en suivant la course du soleil dans le ciel. Les participants défilent dans l'ordre suivant: le porteur du bâton à exploits, les porte-drapeaux, les dignitaires et les princesses, les danseurs et les danseuses, les jeunes et les enfants. Tous les concurrents doivent parader, sinon ils risquent de perdre des points ou d'être éliminés.

Le bâton à exploits

Pour bon nombre de tribus nord-américaines, le bâton à exploits est un symbole important. L'aigle représente l'esprit de l'Oiseau Tonnerre, celui qui niche dans un monde surnaturel et veille sur les habitants de notre monde. L'aigle ne tue pas gratuitement, seulement pour sa nourriture et celle de sa famille. On lui attribue aussi d'autres qualités: clairvoyance, force, vitesse, beauté et bienveillance. Le bâton à exploits symbolise le respect pour le Créateur et l'ensemble de l'univers.

L'invocation

Tout événement important débute par une prière cite par un ancien respecté de tous. Traditionnellement, les Premières Nations n'ont jamais eu de « prêtres » en tant que tels, mais plutôt des chefs spirituels. Ceux-ci se voient souvent offrir du tabac quand on les sollicite pour une prière, témoignage du respect qu'on leur porte à eux, ainsi qu'aux puissances supérieures. Les chasseurs tout autant que les cueilleurs expriment fréquemment leur gratitude et leur respect pour la vie qu'ils viennent de prendre avec du tabac.

La chanson au drapeau

L'hommage rendu aux vétérans ou aux guerriers est une tradition bien ancrée dans la culture et qui remonte aux temps où les guerriers assuraient la défense de la tribu. Dans une société fondée sur la collectivité, on honore les vétérans qui se sont sacrifiés à la cause et qui ont risqué leur vie pour les autres. Des chants spéciaux sont chantés en l'honneur de ceux qui sont allés sous les drapeaux. On honore aussi les vétérans comme portedrapeaux, en les invitant à ramasser des plumes d'aigle et en leur offrant des chants. C'est un geste grave que de laisser somber une plume d'aigle pendant un powwow. La plume doit être ramassée au cours d'une cérémonie se déroulant sous la surveillance d'un ancien, de chefs spirituals respectés ou de guerriers (vétérans). Tous les spectateurs à cette cérémonie doivent se lever et se découvrir. II est interdit de prendre des photos.

Les danseurs traditionnels

Les danses traditionnelles ont commencé à l'époque où les guerriers revenaient à leurs villages pour raconter en dansant l'histoire de leurs combats, et où les chasseurs mimaient la poursuite du gibier après une chasse fructueuse. Les costumes des danseurs sont souvent décorés de perles ou de piquants de porc-épic et comprennent une queue décorative en plumes d'aigle. Les danseurs peuvent aussi porter des objets symbolisant leur qualité de guerriers, tels que des boucliers, des armes, des bâtons ou des roues-médecines, qui leur rappellent l'exercice de la sagesse dans les quatre directions, l'unité et le cycle des choses. Ils sont jugés à leur aptitude à suivre la mesure, à garder le rythme du tambour et à s'arrêter avec la musique, les deux pieds au sol.

La danse de l'herbe chez les hommes

Les touffes d'herbe que l'on attachait à la ceinture pour la danse de l'herbe sont remplacées dans le costume contemporain par des franges de couleur. Beaucoup de danseurs portent également une houppe, une ceinture corbeau et un sifflet en os d'aigle, emblèmes de la société des Omahas d'où vient cette danse. Bien qu'il n'y ait pas de mouvements particuliers à exécuter, les danseurs doivent suivre le rythme du tambour et s'arrêter, les deux pieds au sol, en même temps que la musique. Ils doivent aussi toujours garder la tête en mouvement pour agiter leur houppe de plumes.

La danse cérémonielle des hommes

Cette danse aurait été inventée en Oklahoma au début du siècle, lorsque des promoteurs de danses traditionnelles ont demandé aux danseurs Autochtones d'embellir leurs costumes pour impressionner les spectateurs. Utilisant le même pas de base que les danses de l'herbe traditionnelles, la danse cérémonielle s'exécute plus rapidement et comporte des sauts acrobatiques et divers mouvements du corps. Les danseurs doivent aussi savoir suivre le rythme et s'arrêter au bon moment.

La danse du traqueur

Cette danse spéciale est une imitation du guerrier qui traque sa proie ou son ennemi. Au roulement de tambour, le danseur agite ses clochettes et gesticule en se faufilant vers le centre de l'arène. II ne s'arrête qu'à la dernière mesure pour regagner le périmètre. À la quatrième répétition, il continue comme dans une danse normale.

La danse traditionnelle des femmes

On voit parader dans cette danse quelques-uns des plus beaux costumes. Les robes longues sont souvent décorées de grosses perles, de rubans et de coquillages. Les femmes portent aussi des ceintures de perles ou de conques, des pieces à cheveux, des écharpes et des colliers. La plupart ont un châle, un éventail en plumes d'aigle ou une simple plume. La danse consiste à fléchir les genoux au rythme des tambours, en balançant le corps de haut en bas tout en changeant subtilement de pied pour tourner.

La danse du châle d'apparat

Le costume utilisé pour la danse du châle d'apparat comprend, outre le châle, une robe de cérémonie descendant à mi-jambe, des mocassins ornés de perles et des mitasses assorties, ainsi que divers bijoux. La danse comporte beaucoup de déplacements, les danseuses devant exécuter de nombreux tours et des pas de fantaisie, en suivant le rythme des tambours et en s'arrêtant net à la fin, les deux pieds bien au sol.

La danse des sonnailles

Les exécutantes portent une robe à mi-jambe en tissu sur laquelle sont cousues des clochettes ou des sonnailles en rangs superposés. Les danseuses suivent les tambours et font sonner leurs clochettes en bougeant le plus doucement possible. Le son doit s'arrêter en même temps que le battement des tambours.

La danse par équipe

La danse par équipe est une activité relativement nouvelle au cours du powwow. Les danseurs doivent synchroniser leurs mouvements pour danser en harmonie. Ils sont jugés d'après leur synchronisme, leurs costumes et leur chorégraphie.

Retour à l'accueil... ou aux guides...